Partenariat-Intwari

IntwariPartnership

CNA-Ubumwe   FDLR-CMC   PDN

--------------------------------------------------------------------------------------

Déclaration du Président à l'occasion de la 12ème Commémoration du génocide.

Re : 003/PI/P/05/04/2006

Dans la douleur, l'incompréhension et en ordre dispersé, le peuple rwandais s'apprête à commémorer, pour la 12ème fois consécutive, la tragédie indicible de 1994.

Dans la douleur, car plus d'un million de vies ont été sacrifiées par la haine des hommes contre leurs semblables sur l'autel d'une lutte sans répit dédiée à la conservation ou à la conquête du pouvoir politique et ce dans l'abandon total d'une Communauté internationale elle-même passablement divisée et indifférente selon les intérêts égoïstes des grandes puissances qui dominent ce monde. Dans l'incompréhension ensuite, car les responsabilités largement partagées par les deux principaux belligérants dans la guerre de 1990 à 1994 sont encore loin d'avoir été élucidées, reconnues et assumées. En ordre dispersé enfin, car au moment où les uns commémorent le génocide tel que reconnu par la plus haute instance de la Communauté internationale, les autres centrent leurs commémorations sur l'attentat du 06 avril 1994 qui coûta la vie au Président Juvénal Habyarimana, son homologue du Burundi Cyprien Ntaryamira et toute leur suite. Tout le monde considère aujourd’hui cet acte inacceptable comme l’événement qui déclencha le génocide et sa cohorte de crimes contre l'humanité.

Pleinement conscient de cet état de choses, le Partenariat-Intwari tient à s'incliner respectueusement en mémoire de toutes les victimes innocentes d'une tragédie aux dimensions incommensurables.

Nous déplorons vivement le caractère sélectif et séparatiste de la mémoire telle qu'elle est actuellement pratiquée au sujet de la tragédie nationale. Nous en appelons au sens de responsabilité de chacun, à commencer par le Gouvernement du Front patriotique rwandais(FPR), pour que tous se gardent des initiatives susceptibles de saper les bases de l'unité de la Nation déjà mise à mal par la guerre, le génocide et d'innombrables crimes contre l'humanité.

Le Partenariat-Intwari lance, par ailleurs, un appel solennel à la Communauté internationale afin qu'elle saisisse l’occasion de ce deuil interminable pour se racheter auprès du peuple rwandais qu'elle avait lâchement abandonné à l'heure du drame.

Pour notre part, nous tenons à réaffirmer notre ferme condamnation du génocide perpétré au Rwanda ainsi que tous les crimes connexes dont il s'est accompagné. A cet égard, nous soutenons totalement toute action engagée par la Justice , dans le respect inconditionnel du droit, en vue de la traque, de la poursuite et du jugement de tous les responsables, auteurs, commanditaires et complices de tous ces crimes.

Nous exigeons, en même temps, que toute la lumière soit faite sur les crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis au Rwanda aussi bien par les forces gouvernementales que par les ex-rebelles du FPR. Nous attirons également l’attention de la Justice internationale sur les horribles massacres perpétrés en République démocratique du Congo contre des milliers de réfugiés rwandais, d’innombrables Congolais et des citoyens d’autres nationalités, à l'occasion des conflits récurrents qui ont ravagé la RDC et dans lesquels notre pays, sous la gouvernance du FPR, aura joué un rôle important et déplorable.

Au nom de l’impératif absolu d’une réconciliation inter-rwandaise effective et durable, nous demandons que tous ces crimes fassent l’objet d’une enquête approfondie et impartiale en vue d’une qualification et des sanctions appropriées.

Dans ce cadre, nous sommes totalement mobilisés en vue de la mise en place au Rwanda d’une "Commission Vérité et Réconciliation" qui serait chargée de restituer toute la vérité en établissant clairement les responsabilités partagées dans le drame national. Le Partenariat-Intwari estime, en toute honnêteté, que le régime FPR s’est trop disqualifié pour désigner valablement les coupables dans une tragédie où sa propre responsabilité se trouve lourdement engagée. En tout état de cause, nous nous interdisons rigoureusement et condamnons sans détour toute tentative de récupération et/ou d’exploitation, à des fins politiques, des souffrances inouies et indescriptibles des peuples du Rwanda et de la République démocratique du Congo.

Enfin, nous nous engageons résolument en faveur de la réhabilitation effective de tous les rescapés de la tragédie et nous nous joignons aux efforts entrepris en vue d’entretenir le souvenir sans exclusive de toutes les victimes, en cultivant une mémoire plus collective et véritablement unioniste.

Fait à Bruxelles, le 06/04/2006

Pour le Bureau exécutif

Gen. Emmanuel Habyarimana(sé)

Président