COMMUNIQUE DE PRESSE


 
En ces moments intenses de commémoration de la tragédie nationale, les Forces Démocratiques Unies(FDU-Inkingi), le Parti pour la Démocratie au Rwanda (PDR-Ihumure) et le Partenariat-Intwari tiennent à déclarer ce qui suit :
 
1. Nous nous joignons à l’hommage national et international à tous nos compatriotes Tutsi et Hutu exterminés entre avril et juillet 1994 suite à l’attentat du 6 avril 1994 qui a vu périr, dans l’avion qui les transportait, le Président Juvénal Habyarimana, son homologue burundais Cyprien Ntaryamira et plusieurs de leurs collaborateurs. Nous déplorons néanmoins la pratique d’une mémoire tronquée et politiquement manipulée par rapport à un génocide qui ne saurait se réduire aux horribles massacres des trois mois susmentionnés. 
 
2. Nous nous associons naturellement à l’hommage rendu par la Nation burundaise au Président Cyprien Ntaryamira et exprimons notre vive sympathie aux familles burundaises affectées par ces tragiques événements.
 
3. Nous tenons cependant à réaffirmer notre refus catégorique de toute forme d’instrumentalisation du génocide telle qu’observée depuis 14 ans et de manière cynique et arrogante de la part du régime du Général Paul Kagame qui tente maladroitement de minimiser les enquêtes de la justice française et de la justice espagnole qui le pointent du doigt. 
 
4. Nous dénonçons avec la plus grande fermeté les déclarations faites le 7 avril à Nyamata, dans le cadre des cérémonies de la 14ème commémoration du génocide au cours desquelles le Général Kagame s’en est violemment pris aux juges français et espagnol qui « s’arrogent le droit de mettre en accusation des Rwandais, ceux-là même qui ont arrêté le génocide ».  
 
5. Nous estimons en effet que les crimes reprochés au général Kagame et à ses collaborateurs n’ont rien à voir avec une prétendue campagne militaire qui aurait été menée dans l’intention de mettre un terme au génocide. Il n’y a pas de lien logique entre, d’une part, l’extermination des populations des territoires conquis par la rébellion depuis 1990, la pose et l’explosion de mines et de grenades à travers le pays, l’assassinat de plusieurs leaders politiques et l’attentat terroriste du 6 avril 1994, le massacre de Kibeho et l’extermination des réfugiés rwandais en ex-Zaïre, l’assassinat des évêques, des prêtres et des religieux rwandais et/ou étrangers et, d’autre part, une quelconque volonté d’arrêter un génocide.
 
6.  Nous pensons par ailleurs qu’il est urgent d’en finir avec la confusion délibérément entretenue entre le FPR et les Tutsi. Dénoncer les écrasantes responsabilités du Général Kagame et des forces sous son commandement dans le génocide rwandais n’a rien à voir avec le « négationnisme » et ou le « révisionnisme » de ce génocide.
 
7. Nous disons aujourd’hui que le Rwanda ne saurait continuer d’évoluer sous la botte des criminels de guerre et sommes décidés à changer cet état des choses.
 
8. Nous demandons aux gouvernements des Etats-Unis d’Amérique, du Royaume Uni, de Belgique et du Canada ainsi qu’aux Nations Unies, à l’Union Européenne et à l’Union Africaine de prendre leurs distances avec un régime dirigé par des gens poursuivis pour des crimes de génocide, des crimes contre l’humanité et des crimes de terrorisme. C’est une question de cohérence.
 
9. Nos organisations préconisent constamment et inlassablement une solution politique globale au Rwanda. Cette solution passe par un Dialogue inter rwandais hautement inclusif. Le parrainage d’un criminel de guerre de plus en plus démasqué hypothèque lourdement les efforts louables dédiés à la pacification et à la stabilisation de l’Afrique des Grands Lacs.
 
 
Fait à Bruxelles, le … avril 2008
 
 
Pour les FDU-INKINGI                                              Pour le PDR-IHUMURE
Dr Jean-Baptiste Mberabahizi                                Dr Jérôme Nayigiziki
Secrétaire général et porte-parole                         Secrétaire général
                              
 
 
           Pour le Partenariat-INTWARI
Déogratias Mushayidi
                   Secrétaire général et porte-parole