Partenariat-Intwari
Intwari-Partnership

CNA-Ubumwe   FDLR-CMC   PDN 
   
COMMUNIQUE DE PRESSE


 
Sous la direction de son Président, le Bureau Exécutif du Partenariat-Intwari s’est réuni à Bruxelles le 07/09/2008 et a fait le point sur la situation politique qui prévaut au Rwanda et dans la région de l’Afrique des Grands Lacs.
 
 
S’agissant de l’Afrique des Grands Lacs :
 
1. Le Bureau Exécutif du Partenariat-Intwari a exprimé sa plus vive préoccupation au sujet de l’embrasement en cours dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Il a profité de l’occasion pour condamner sans équivoque les déclarations provocatrices du Général Paul Kagame à propos de la guerre du Kivu, déclarations rapportées dans le quotidien belge «Le Soir» du 06/09/2008 et qui ne laissent aucun doute quant à l’implication personnelle du Général Président dans les affaires internes de la RDC.
 
2. Réaffirmant sa ferme conviction que les peuples rwandais et congolais sont liés par un même destin et ; réitérant son engagement à œuvrer à la sauvegarde des intérêts vitaux de nos deux peuples voisins et frères (voir notre Déclaration du 05/07/2008), le Bureau Exécutif a examiné et approuvé les pourparlers engagés entre le Partenariat-Intwari et la Coalition RUD-RPR dans le but d’une coopération plus efficace entre les deux organisations politiques. Le Bureau Exécutif a vivement souhaité que cette coopération puisse contribuer aux efforts de pacification et de stabilisation du Rwanda et de l’Afrique des Grands Lacs.
 
3. Le Bureau Exécutif du Partenariat-Intwari a analysé attentivement les informations recueillies par la Cellule de la Documentation & Sécurité au sujet de l’existence d’un contrat de collaboration entre la MONUC et l’organisation « African Rights » de Mme Rakiya Omar dont la mission lui confiée par le régime FPR viserait à identifier des milliers de « génocidaires » supposés se trouver en République démocratique du Congo. La connivence entre le Gouvernement de Kigali et African Rights est attestée par un accord passé entre cette organisation et le Ministère rwandais de la Justice sur un programme de soutien aux juridictions « gacaca » et par des correspondances entre les deux parties dont nous avons pu obtenir des copies. A cet égard, le Bureau Exécutif du Partenariat-Intwari entend saisir prochainement le Conseil de sécurité des Nations Unies à propos de possibles conflits d’intérêts susceptibles d’affecter le caractère supposé neutre de la mission confiée à la MONUC.
 
 
 
S’agissant de l’intérieur du Rwanda  
 
1. Le Bureau Exécutif du Partenariat-Intwari a fait le point sur la mise en place progressive de l’entité nationale de défense du Peuple dénommée « Imanzi z'u Rwanda  » (voir Déclaration du 05/07/2008). Des organes de direction ont été créés et des dirigeants désignés. Des précisions à ce sujet seront données au moment opportun.
 
2. Le Bureau Exécutif a réaffirmé la position du Partenariat-Intwari sur la tragicomédie électorale en cours au Rwanda sous la houlette du FPR. Face au maintien en prison des opposants politiques tels que Dr Théoneste Niyitegeka, M. Charles Ntakirutinka et beaucoup d’autres, vu la diabolisation frénétique des médias nationaux et internationaux coupables d’informer correctement la population rwandaise et l’opinion publique internationale, l’interdiction à la LIPRODHOR de participer à l’observation des prochaines législatives et devant l’interminable monologue que le FPR tente de présenter comme étant le Dialogue inter rwandais tant souhaité, nous estimons que l’opposition n’a pour unique alternative que de s’unir et d’amplifier son combat pour la conquête des droits et des libertés du peuple rwandais et de chacun de nos concitoyens.
 
3. Le Bureau Exécutif s’inquiète en outre de nombreux cas d’arrestation arbitraire et d’actes d’intimidation à l’encontre de citoyens innocents suspectés d’être d’intelligence avec le Partenariat-Intwari. Nous enregistrons en effet depuis plusieurs semaines, des noms de citoyens de Ngarama, Rebero et Gicumbi, arrêtés et détenus alors que des cas similaires se multiplient à travers tout le pays. Afin de justifier ces pratiques barbares, les services du régime prétendent prévenir des actions de sabotage des élections et des instances de l’Etat. Ils vont jusqu’à affirmer que les « Imanzi » ont déjà pris position à la frontière avec l’Uganda et que des dirigeants du Partenariat-Intwari pénètrent souvent dans la région avec la complicité de la population locale. A part les nombreuses positions de la Police nationale, de la local defense force et de la prolifération des cadres du FPR jusqu’au niveau des cellules «Nyumbakumi», on observe une consolidation et une concentration inhabituelles des positions militaires à Gihengeri, Hunga, Ku Mana, et Gitega dans un rayon de 5 Km . Le Partenariat-Intwari dénonce énergiquement cette forme d’état de siège comme si le pays était en guerre.
 
4. Le Bureau Exécutif du Partenariat-Intwari a par ailleurs évoqué des manipulations grossières auxquelles se livrent actuellement le régime FPR en vue de détourner l’attention de l’opinion sur l’impact de plus en plus important des procédures judiciaires lancées par la Justice française et l’Audience nationale espagnole à l’encontre de certains responsables politico-militaires proches du Général Kagame. Nous avions déjà, dans notre déclaration du 05/07/2008, noté la violente campagne menée par le Général Président et son Gouvernement contre la justice internationale et réaffirmé notre position sans équivoque au sujet de la fameuse Commission Mucyo dont les conclusions ont récemment été publiées, la Commission Mutsinzi qui s’apprête à publier ses conclusions sur l’attentat du 06/04/1994 ou la parodie de procès en cours à propos du massacre des évêques et autres religieux survenu à Gakurazo en Juin 1994. Le Bureau Exécutif du Partenariat-Intwari maintient qu’il ne s’agit là que d’une honteuse manœuvre de diversion et d’un vulgaire chantage diplomatique et aucunement d’une véritable volonté de faire toute la lumière sur la tragédie nationale. Le Partenariat-Intwari reste en effet persuadé que pour faire éclater toute la vérité sur le génocide rwandais, ses causes et ses conséquences, l’Etat rwandais ne saurait se contenter de trier les responsabilités en ciblant uniquement la France et/ou l’Eglise catholique. Il devra, tôt ou tard, avoir le courage politique de se pencher également sur le rôle parfois déterminant joué par d’autres acteurs tels que le FPR-Inkotanyi et ses puissants parrains.
 
5. Toujours dans le registre des manipulations de Kigali, le Bureau Exécutif a évoqué l’émission hebdomadaire de la RTBF « Questions à la une » du mercredi 03/09/2008 et dont le thème révélateur était « les génocidaires rwandais sont-ils parmi nous ? ». Sur base d’informations fiables, Le Partenariat-Intwari est en mesure d’affirmer que la plupart des témoins présentés par la RTBF font partie d’un groupe de délateurs professionnels recrutés par le FPR pour les besoins de la cause. L’un de ceux-ci est l’ex-journaliste de la RTLM Valérie Bemeriki. Celle-ci fut le témoin clé dans le livre «Hôtel Rwanda revisité» coécrit par MM. Alfred Ndahiro et Privat Rutazibwa. Ceux-ci ont participé à une séance spéciale d’entraînement à l’intention de Valérie Bemeriki, séance qui s’est déroulée dans les bureaux de la Présidence de la République du Village Urugwiro. A cette séance assistait également M.Tom Ndahiro, ex-membre de la Commission nationale des droits de l’homme et aujourd’hui journaliste à la radio Contact FM. Toujours est-il que, moyennant des faveurs non précisées, Valérie Bemeriki devait corroborer un témoignage monté de toutes pièces mais susceptible de diaboliser des personnes jugées effectivement et/ou potentiellement dangereuses pour les intérêts du FPR. 
 
6. Enfin, le Bureau Exécutif du Partenariat-Intwari met encore une fois en garde le peuple rwandais et la Communauté internationale dans son ensemble contre toutes ces manœuvres aussi cyniques que perverses, qu’il s’agisse de l’exploitation éhontée, par le régime du FPR, de la tragédie nationale ou des manipulations électorales en cours.
 
Fait à Bruxelles, le 11 Septembre 2008
 
Déogratias Mushayidi
Secrétaire Général et Porte-parole
Tel : +32(0)485438177